TRIBULATIONS

#15 – La différence entre cette idée et toutes les autres… (1/5)

La différence entre cette idée de « monter ma boite » avec The Brocantist et toutes les autres… c’est que celle là je ne l’ai pas laissée filer. Je ne l’ai pas laissée à l’état de brouillon dans mes notes, à l’idée de rêve dans ma tête et à l’idée de lubie auprès de mes proches (pourtant habitués!)

Pourtant, l’idée de The Brocantist est née comme toutes les autres idées, par une belle après-midi ensoleillée du mois de juillet dernier. C’était il y a presqu’un an. J’étais enceinte de 6 mois, nous étions en vacances en Crète avec mon Homme Poilu, et comme d’habitude nous papotions de nos projets, de nos envies et des prochaines étapes de la vie.

Comme toutes les autres idées, The Brocantist était déjà bien étoffée comme idée dans ma tête, mais c’est lorsque nous lui avons trouvé un nom que je me suis dis que peut-être cette fois-ci, ça allait peut être aller un peu plus loin que tous mes essais précédents restés infructueux ou plutôt : oubliés passés les premiers jours d’excitation.

Nous étions donc en Crète, j’avais très envie de « créer » quelque chose, de pouvoir laisser libre court à mon imagination, de devenir ma propre patronne et de bosser « pour moi ». J’avais fait le tour de mon poste (j’étais responsable des Relations Presse Corporate depuis 3 ans dans la Grande Distribution) et depuis 10 ans dans la même entreprise. J’avais aussi très peur de me « planter » au sens où j’adorais travailler en équipe, mes collègues allaient me manquer, et surtout : j’avais toujours précautionneusement cloisonné vie pro / vie perso… était-ce vraiment une BONNE idée?

J’ai alors commencé par : acheter le nom de domaine… www.thebrocantist.com, au moins si quelqu’un avait la même idée du nom entre temps, j’assurais au moins ça (jusque là rien de nouveau car j’ai acheté ces 6 dernières années au moins 7 noms de domaines, à 20$/unité/an… et qu’aucun de ces noms de domaine n’a été « réclamé » depuis …)

J’ai griffonné mes idées dans mon carnet de notes : le fameux que je trimballe partout.

Et puis… j’ai commencé à y croire. J’ai commencé à me dire que devenir travailleur indépendant pouvait être possible, certes j’avais tout à apprendre mais que ce nouveau challenge était sacrément excitant.

Je me suis dit que Freelance, je pourrais toucher à des missions plus variées et ponctuelles. Le tout pour alimenter mon développement professionnel et nourrir ma passion ou plutôt mes passions que sont les médias / la décoration d’intérieur.

Je me suis mise à visualiser – visualiser – visualiser (facile, gratuit, et ça n’engageait que moi)

Je me suis souvenue d’une amie qui me disait souvent :  » un jour tu verras, ne pas changer, te feras davantage peur que de changer » … et je crois que ça été le petit déclic.

J’ai continué à imaginer, griffonner dans mon carnet, visualiser…

Et là… les planètes se sont alignées!

(A SUIVRE…)

Ce récit est le premier de 5 épisodes à paraitre 1 fois par semaine pendant tout l’été. Vous pouvez réagir dans les commentaires ci-dessous (soumis à modération). Et si vous vous demandez quel est le rapport du récit avec la photo de Une, et bien… c’est tout simplement que j’ai réussi à écrire cet article ce matin en me disant que ça pourrait être COOL d’arrêter de me mettre la pression tout le temps alors COOOOOL RAOUL. 

A vous les studios !

 

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply